Nos communiqués

 

 

Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie s’engage dans le Front commun pour la transition énergétique

Saint-Antoine-de-Tilly, le 6 octobre 2015 – Le groupe citoyen Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie est fier de faire partie des membres fondateurs du tout nouveau Front commun pour la transition énergétique (www.pourlatransitionenergetique.org), lancé à Montréal le 6 octobre 2015. Fruit d’une mobilisation sans précédent de la société civile, le Front commun réunit plus de 160 groupes citoyens, environnementaux et autochtones déterminés à contrer le développement de la filière des hydrocarbures et à promouvoir les énergies propres, locales, renouvelables et créatrices d’emplois.

 

Les membres du Front commun reconnaissent que la société québécoise continuera d’avoir besoin de pétrole pendant plusieurs années. Néanmoins, ils estiment que cette réalité ne justifie aucunement l’immobilisme de nos gouvernements en matière de transition énergétique. « Nous devons dès maintenant nous doter d’une stratégie énergétique qui se préoccupera de la sécurité des populations actuelles, du développement durable de notre économie et du bien-être des générations à venir », a expliqué Carole Dupuis, qui représente Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie au comité de coordination du Front commun pour la transition énergétique.

 

« Comme nous le rappelait récemment le gouverneur de la Banque centrale d'Angleterre, Mark Carney, il devient de plus en plus risqué d'investir dans le développement des combustibles fossiles à l'heure où la demande énergétique se tourne vers les renouvelables et où l'ensemble des pays de planète mettent en place des plans d'actions pour lutter contre les changements climatiques » a pour sa part déclaré Steven Guilbeault, d’Équiterre.

 

Chaque organisation membre du Front commun conservera ses préoccupations particulières, qu’il s’agisse des projets d’exploitation du gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent ou du pétrole dans l’Est du Québec, du transport de pétrole sur rail ou par navires, des oléoducs, ou encore de thématiques plus générales comme l’eau, le climat, la protection du territoire, le transport actif et collectif ou les nouvelles technologies. « Cependant, a poursuivi Madame Dupuis, il nous est apparu indispensable de nous unir pour contrer ce qui n’est finalement qu’un seul grand projet : accroître encore davantage la présence des hydrocarbures dans notre économie et nos écosystèmes, en nous dépossédant de notre pouvoir de décision sur nos milieux de vie et en remettant toujours à demain l’incontournable transition énergétique. »

 

Selon Patrick Bonin, de Greenpeace, la concertation est plus importante que jamais car au cours des mois à venir, le gouvernement du Québec prendra position sur le projet Énergie Est, en plus d’adopter sa nouvelle politique énergétique 2016-2025 et une nouvelle loi sur les hydrocarbures. De plus, du 30 novembre au 11 décembre prochain, le Canada présentera ses cibles d’émissions des GES lors de la conférence de Paris sur le climat (COP21), souvent appelée « conférence de la dernière chance ». « Nous insisterons pour que les politiciens écoutent les demandes des citoyens, des organisations environnementales et des groupes autochtones qui font désormais front commun pour exiger un avenir basé sur des énergies propres et renouvelables », a conclu M. Bonin.

 

____________________

Comité de coordination du Front commun pour la transition énergétique 

Patrick Bonin

Greenpeace

514 594-1221

 

Alain Brunel

Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA)

514 835-3402

 

Alizée Cauchon

Équiterre

418 522-0006, poste 2260

 

Carole Dupuis

Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie

438 884-8200 – 418 886-1001

 

Marie-Eve Leclerc

Stop Oléoduc Portneuf-Saint-Augustin

418 655-0763

 

Jacques Tétreault

Regroupement Vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ)

450 261-6151

 

Notre lettre ouverte au ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles dans le cadre de la démarche visant à doter le Québec d’une nouvelle politique énergétique
Publiée dans Le Soleil du 22 juillet 2015
 

Saint-Antoine-de-Tilly, le 14 juillet 2015

 

 

Objet : Le Québec doit investir dans l’avenir et non dans un secteur dont les beaux jours sont révolus

 

 

Monsieur le Ministre,

 

À titre de groupe citoyen ayant pour mission de protéger et renforcer la qualité de vie dans notre milieu, nous tenons à exprimer notre vive inquiétude relativement aux activités existantes et projetées de transport d’hydrocarbures dans notre région, ainsi qu’à la possibilité que la nouvelle politique gouvernementale ouvre la voie à l’exploration et à l’exploitation des gaz de schiste.

 

La MRC de Lotbinière est en première ligne pour subir les pires conséquences de tous les risques présents et potentiels associés à ces activités :

 

·     Elle est traversée par une voie ferrée où la circulation de wagons-citernes est déjà fort préoccupante. Vous pouvez imaginer le désarroi que la population a éprouvé en apprenant que 220 wagons-citernes s’ajouteront quotidiennement quand le terminal Chaleur de Belledune sera achevé.

 

·     Ses municipalités riveraines sont exposées au risque de marée noire associé à la circulation croissante de pétroliers au large de ses côtes. On sait que cette circulation s’accroîtra encore dès que la ligne 9b d’Enbridge sera inversée et que les navires de la coentreprise du Groupe Desgagnés et de Valero, Transport Maritime Saint-Laurent inc., commenceront à circuler pour amener le pétrole brut de Montréal à Lévis. Le risque serait encore multiplié d’une manière que nous jugeons extrêmement inquiétante si le pipeline Énergie Est était construit et traversait le Saint-Laurent à quelques kilomètres des limites de notre MRC. À cause des marées, plusieurs des municipalités de la MRC de Lotbinière seraient en première ligne pour devenir victimes d’une marée noire dévastatrice en cas de déversement.

 

·     En ce qui concerne le gaz de schiste, le président de l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) a indiqué l’automne dernier que selon lui, le moment serait venu de lancer des projets pilotes d’extraction afin de démontrer à quoi ressemblerait une production industrielle à grande échelle dans les basses terres du Saint-Laurent. Il a également précisé que Bécancour et Lotbinière seraient vraisemblablement les premières cibles. À notre indicible surprise, ni vous, monsieur le Ministre, ni le premier ministre Philippe Couillard n’avez depuis ce temps donné quelque indice que ce soit de votre opposition à un tel projet – au contraire. Et ce, malgré un rapport accablant du BAPE, où les répercussions dévastatrices de ce type d’exploitation ont été répertoriées.

 

Plus globalement, nous estimons que les risques cumulés de toutes les activités existantes et de tous les projets envisagés constituent une menace à la qualité de vie de l’ensemble des Québécois et à la viabilité économique du Québec lui-même, compte tenu notamment des risques déraisonnables auxquels l’eau potable de la vaste majorité de la population serait exposée.

 

Permettez-nous de vous rappeler, Monsieur le Ministre, que le premier rôle d’un gouvernement est d’assurer la sécurité de la population. Nous ne vous demandons pas des réponses rassurantes quant aux précautions de sécurité qui seront prises pour atténuer les menaces. Nous vous demandons des décisions qui empêcheront, à la source, les dites menaces d’exister. Le Québec doit investir dans l’avenir, c’est-à-dire dans des énergies propres et renouvelables, et non dans un secteur dont les beaux jours sont révolus depuis quelque temps déjà.

 

Veuillez recevoir, Monsieur le Ministre, l’expression de notre considération.

 

Le Conseil de Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie

Lancement de Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie

Naissance d’un nouveau Comité Vigilance Hydrocarbures dans la région :

Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie

 

  • Les  risques de marée noire préoccupent vivement les citoyens.

 

Saint-Antoine-de-Tilly, le 7 avril 2015 – Alarmés par les navires-citernes géants qui ont commencé à circuler au large de la municipalité et par le projet de TransCanada de faire passer l’oléoduc Énergie Est sous le fleuve entre Saint-Augustin-de-Desmaures et Saint-Nicolas, des citoyens de Saint-Antoine-de-Tilly se sont regroupés au sein d’un tout nouveau comité nommé Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie. 

 

« Dans la région, bien des gens croient que l’oléoduc est nécessaire pour approvisionner la raffinerie Valéro de Lévis en pétrole de l’Ouest, a expliqué Irène Dupuis, cofondatrice et présidente du comité.  En réalité, plus ou moins 500 000 barils de pétrole brut de l’Ouest circulent déjà au Québec chaque jour, alors que le Québec au complet en consomme 350 000.  Ce n’est pas en faisant passer 1,1 million de barils supplémentaires par jour dans nos réserves d’eau potable que nous améliorerions notre indépendance énergétique. »

Troublés par ces chiffres, les membres de Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie  se sont donné pour premier mandat de s’informer et de fournir aux citoyens de la région des occasions de faire de même, en concertation avec les acteurs locaux.  Selon madame Dupuis, ce sont les risques de marée noire qui préoccupent le plus les résidents en ce moment.  « À cause de la marée, toute fuite du pipeline sous le Saint-Laurent ou à son arrivée sur la rive sud rejoindrait immanquablement Saint-Antoine et d’autres villages riverains de la MRC de Lotbinière, en plus de souiller les rives des municipalités en aval, a-t-elle souligné.   On n’ose pas imaginer les dommages que cela causerait au fleuve, aux écosystèmes, au paysage et à la valeur des propriétés! »

 

Quant aux superpétroliers, on estime que le nettoyage d’un déversement de seulement 10 % de la cargaison d'un navire comme le Minerva Gloria, qui est passé au large de Saint-Antoine le 24 septembre 2014, chargé de pétrole brut des sables bitumineux à destination de l’Italie, coûterait 2  milliards de dollars.  « Et ce chiffre n’inclut pas les coûts d’approvisionnement en eau potable de centaines de milliers d’habitants pendant une période impossible à prédire », a précisé madame Dupuis. Saint-Antoine-de-Tilly ne puise pas son eau potable dans le fleuve, mais la Ville de Québec, Lévis et une foule d’autres municipalités y ont des prises d’eau.  « Un petit 28 000 litres de diésel dans le fleuve a coûté plus d’un million de dollars à Longueuil en janvier dernier, a-t-elle rappelé.  Les superpétroliers en transportent 100 millions de litres par cargaison. Énergie Est en ferait passer chaque jour 175 millions de litres juste en haut de chez nous! »

 

Le Québec a-t-il besoin de ce pétrole? Ces projets seraient-ils profitables? Quelles sont leurs retombées potentielles? Leurs risques sont-ils trop grands? Les citoyens auront-ils leur mot à dire dans leur acceptation? Autant de questions auxquelles le comité tente de trouver des réponses satisfaisantes, en concertation avec les élu-e-s et les autres acteurs locaux.

 

Tout en se concentrant sur les enjeux qui touchent directement son territoire d’attache, Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie  travaille en solidarité avec les groupes citoyens des autres régions du Québec qui sont concernées par les mêmes activités et soutient l’émergence de tels groupes là où ils ne sont pas encore présents dans la MRC de Lotbinière.  Les citoyens de toute la région sont invités à rejoindre le mouvement en écrivant à saintantoinedetillymilieudevie@gmail.com.

 

Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie  est membre du Regroupement vigilance hydrocarbures Québec (RVHQ). Créé en décembre 2010, le RVHQ  fédère plus de cent comités locaux et forme ainsi un mouvement de mobilisation citoyenne sans précédent dans l’histoire du Québec. 

 

– 30 –

 

Renseignements

Irène Dupuis, présidente

418 886-2010

saintantoinedetillymilieudevie@gmail.com

Saint-Antoine-de-Tilly – Milieu de vie

Écrivez-nous : saintantoinedetillymilieudevie@gmail.com

Appelez-nous : 418.886.2010

Rejoignez notre groupe Facebook pour suivre l'actualité et partager vos trouvailles :

SAINT-ANTOINE-DE-TILLY – MILIEU DE VIE

  • Facebook Social Icon

Saint-Antoine-de-Tilly - Milieu de vie est membre de :